L'éco-tourisme. Avec une nature pareille, le Costa Rica a de quoi offrir aux passionnés et convertir les autres. Toutes les activités proposées pour divertir les visiteurs sont tournées vers la nature, ce qui leur vaut le label éco-tourisme.

Alors l' « éco-tourisme », qu'est ce que c'est exactement? Il me semblait qu'il s'agissait d'activités touristiques développées au bénéfice des populations locales et de la protection de la nature. L'organisation des visites guidées dans les parcs naturels par exemple, entre dans le concept. Ceci rapporte au moins 25$ à chaque entrée de parc (pour une dizaine de parcs et un million de visiteurs), c'est un revenu extrêmement important pour lutter contre la déforestation, pour favoriser l'information et prévention contre les pollutions... Cela permet aussi de préserver et développer les savoirs sur la faune et la flore...

Mais pour se loger l'éco-tourisme c'est quoi? C'est l'écolodge dans la forêt, sur la plage, au milieu de la nature auquel on ne peut se rendre qu'après 30 min de 4x4 ou c'est une simple chambre avec vue sur rue au village où on se rend à pied? C'est le projet des investisseurs étrangers,  qui ont rasé 1 ha de bois pour construire un hôtel dans une démarche de recyclage des déchets et de récupération d'eau? Ou c'est le petit hôtel familial à côté des maisons, qui fait vivre 10 personnes de la grand mère au petit fils, mais qui n'a jamais entendu parlé des ampoules à économie d'énergie? Là ce n'est plus très clair...

Randonnées, visites guidées, bain aux sources d'eaux chaudes, tyrolienne en forêt, plongée, rafting,... des activités nature, c'est sûr, de l'éco-tourisme? Peut être...?

Quelques exemples pour vous faire un avis:

A Tortuguero, vers 5h30 le matin, une dizaine de petites barques glissent sur le courant ou le remontent à la rame le long des rives, en silence. Les animaux se réveillent et partent en quête de leur petit déj. Les touristes sentent, écoutent, regardent cette nature s'éveiller de leurs yeux ébahis ou au travers de jumelles et d'objectifs. Les guides natifs du village ont l'œil et orientent les regards, expliquent ce qu'il se passe. Le « tour » dure 3h. 10$ pour entrer dans le parc naturel. 15$ pour le guide. Éco-tourisme?

A Tortugero, vers 7h le matin, trois grosses embarcations abordent les berges plein moteur. Ils manquent de renverser les petites barques au passage. Ces touristes là ont dormi plus longtemps et ont plus de sensations fortes au réveil, leur bateau fait des vagues. Ils peuvent prendre des photos des oiseaux qui s'envolent à leur passage. Les guides de l'hôtel récitent leur texte et montrent les animaux en photos. Le « tour » dure 1h. Le tout est inclus dans le forfait tour-hotel à 300$ les deux jours. Eco-tourisme?

A Tortuguero toujours, l'endroit est mondialement réputé pour ses tortues marines qui viennent pondre sur la plage. Et beaucoup de gens se déplacent pour ce spectacle. L'argent permet de protéger le site des braconniers par exemple. Mais en ce moment on sait que ce n'est pas la saison.

Vers 15h, alors qu'on vient d'arriver, un guide nous recommande de faire attention en se promenant sur la plage, de surveiller les petites tortues s'il y a une éventuelle éclosion.

Vers 15h10, un autre guide nous propose un « tour tortues ». Lui, il assure qu'il y aura des éclosions sur la plage. (Des gens nous racontent plus tard que ce même guide qu'ils ont suivi, creuse, force les petites tortues à sortir et les pousse à la mer. Il lui faut du spectacle pour le prix qu'il demande!). « Tour » d'1h, pour aller sur la plage où tout le monde va de toute façon. 15$ par personne.  Eco-tourisme?

Le concept est très développé au Costa Rica, puisque tout est dit « écologique », « 100% nature »! C'en est devenu complètement aberrant. Par exemple on peut louer un 4x4 dans une agence écologique, au restaurant on peut manger un plat écologique...??? si quelqu'un veut tenter une explication!...

Le tourisme n'a jamais été écologique, et ne le sera jamais. Ce sont deux termes littéralement opposés! Pourtant certains projets sont très intéressants puisqu'ils ont permis de sauver beaucoup de sites, d'espèces, de mode de vie naturels. Malheureusement ils se trouvent noyés dans une vague marketing de tout et n'importe quoi.

Au Costa Rica l'impossibilité de concilier éco-tourisme et tourisme de masse est évidente. Tout le monde tente de surfer comme il peut sur cette vague du dit « tourisme vert ». Et la manne financière qu'il génère ne favorise pas les restrictions nécessaires....

D'un côté quelques organisations se battent pour de vrais projets valables, de l'autre les gros investisseurs nord américain vendent les leurs avec l'étiquette « écologique » des premiers. Dans le sillon, une partie de la population locale profite de cette notoriété, au jour le jour, au bon vouloir des investisseurs, en abusant de la naïveté des visiteurs... Cela ne va pas sans corruption. Cela ne va pas sans violence. Beaucoup d'insécurité pour tout le monde.

Nous sommes ici. Nous ne sommes pas très à l'aise. Beaucoup d'autres touristes sont comme nous, plutôt perplexes...

Mais après tout, la loi de la jungle, quoi de plus naturel!!!